07/02/2015

Quelques nuances de la couleur verte

 

Le vert serait-il devenu une exclusivité de la religion musulmane, son apanage? Des actualités tragiques, nées de confusions qui font brandir des oriflammes mensongères, le feraient penser. Certes, ce fut la couleur favorite de Mahomet son fondateur (Mohammed en langues islamiques), qui la trouvait «ravissante pour les yeux comme une verdure». Au point qu'il en fit celle des turbans sacrés et de ses étendards médiévaux. Quatre siècles plus tard, elle ondoie sur le drapeau national de nombreux pays du monde qui se sont ralliés au panache du grand prophète. S’y ajoutent par-ci par-là, du blanc, du rouge, un croissant de lune, une ou plusieurs étoiles.

 

Mais les armoiries du canton de Vaud ont, elles aussi, leur part de vert: du sinople héraldique, coupé d'argent. Et même d'or pour enluminer une timide et peu belliqueuse devise: «Liberté et patrie». Cette petite contrée lémanique s'est autorisée à verdir ses emblèmes pour des raisons qui relèvent de la puissante nature qui lui sert d'écrin: turquoises sont les filaments sinueux qui s'échappent du delta de la Dranse quand les vents du Léman se rassérènent. Vert-de-gris sont les troncs noueux des platanes du quai d'Ouchy. Celui, gigantesque, qui prospère sur l’île de Peilz, au large de Villeneuve, vire à la céruse blanche des excréments de mouettes et de cormoran. (Plus de 250 oiseaux y nichent ou s'y reposent.)

 

Emeraude devient le scintillement des iris de «Lucifer», le chat noir aux ondulations couleuvrines des voisins, à l'instant où il repère au jardin un papillon vert pomme qui butine. C'est dire si le vert est un pigment répandu dans la nature. Les grands peintres l'ont d'abord détesté, car il était difficile à fixer quand il provenait d'une matière végétale et ne résistait pas à la lumière. Le vert minéral était trop cher. Quant à l'oxyde de cuivre, aux effets clinquants, il lustrait somptueusement les velours de leurs modèles princiers, mais brûlait leurs propres yeux et leurs doigts fragiles: ce vert-là contient du cyanure…
Depuis, l'art pictural est devenu plus précautionneux. Cousine Paulette se met des gants en nitrile chirurgicaux quand elle recrée au pinceau la colonnade des Mémises depuis son petit balcon pulliéran.