25/05/2007

Le souffle du Paraclet

Pentecôte, le mot vient du grec Pentêkostê, «cinquantième», puisqu’il désigne une fête que les chrétiens célèbrent le 50e jour - plus exactement le septième dimanche – après Pâques. Elle commémore, comme on sait, la descente du Saint-Esprit sur les apôtres.

 

 

Celui-ci est aussi nommé, par les théologiens, Paraclet (de Paraklêtos), c’est-à-dire l’avocat, celui qui est appelé auprès d’un autre, un intercesseur, un souffle consolateur. Le terme a inspiré en 1978 l’écrivain Michel Tournier pour un roman en forme de journal intime («extime», dit-il) où le narrateur s’interroge sur ses rapports avec la religion chrétienne: «Le Vent Paraclet»

 

 

(Ravi d’être accepté par cette grande communauté de tchatcheurs, j’y débarque avec une valise électronique chargée de onze mois d’archives - juillet 2006-mai 2007 – qu’on pourra reconsulter à l’adresse de mon premier blog: www.superlocal.ch/salem.