15/09/2010

Semaine de la mobilité et individualisme

RANNDO.jpg

On ne reprochera pas à nos édiles de se soucier de notre santé quand ils promulguent une semaine européenne dédiée à la circulation non polluante, à l’exercice physique et au dégraissement des corps. Mais si les transports publics font du bien au climat, les sports non collectifs font du bien aux neurones. Or le coup d’envoi du 16 septembre mettra en «mobilité» des cyclistes en colonnade rapprochée, des randonneurs en montagne groupés comme des touristes du Club’Med. Lausanne bougera, les Lausannois aussi, mais ensemble.

A ceux que ce grégarisme programmé rend réticents, je suggère une alternative tout aussi saine: la rêverie du promeneur solitaire. Elle remonte à Pline l’Ancien, fut consacrée par Rousseau et, dans le Haut-Jorat, poétisée par Gustave Roud. Paul Morand, qui vécut de vieux jours à Vevey, admirait, lui, l’élasticité qu’elle conférait à la durée. L’auteur de L’Homme pressé était fasciné par la liberté insouciante des musards: «Flâner n’est pas perdre son temps. Les dieux veillent. Les Anciens priaient Vibilie, déesse des égarés.»

 

 

Ne point être solidaire, quitter le rang, baguenauder seul… L’individualisme du flâneur (celui qui déniche dans une clairière de Chalet-à-Gobet des inflorescences de menthe sauvage, ou près d’ Etagnières un tertre épineux camouflant des bolets charnus) est-ce vraiment un crime contre la collectivité? L’épicurien soutiendra que le Bon Dieu lui a intimé l’ordre de s’aimer soi-même, du moins autant que son prochain. Sinon, il invoquera la païenne Vibilie. Les divinités l’accompagnent…

L’art pédestre exige de grandes enjambées. Et sans ces bâtons nordiques à la mode qui le ridiculisent. En une même ardeur, il remuscle et le corps d’un homme et son cerveau. Il fait battre aussi le pouls de sa pensée. En le faisant transpirer, il le libère de vieilles graisses mentales. Le randonneur s’en émaciera à vue d’œil. Jusqu’à ressembler à L’Homme qui marche de Giacometti, qui figure sur nos billets de 100 francs.

En février passé, la divine sculpture fut vendue à Londres pour 74 millions d’euros.

 

www.vd.ch/mobilite

 

 

10/09/2010

Septembre a une onctuosité de citrouille

SEPTEMBCOURJ.jpg

Chacun des mois de l’année possède son caractère. Qu’on me pardonne ce lieu commun, mais je tenais à préciser que septembre est de tous les douze le plus atypique. Car musical, rhapsodique et odorant: à Bottens, il répand une brise encore tiède qui sent le foin sec et le sirop de mûres que les mamans font bouillir dans les cuisines fermières. Plus à l’Est, une plus vive déferle sous les noyers d’Arrissoules, d’ Yvonand, de Chevroux, happant au passage la casquette à carreaux d’un mari «sorti acheter des cigarettes.» A Luins, le vigneron de La Côte est plus nerveux que d’habitude, inspectant ses parchets et ses grappes les plus hâtives comme le lait sur le feu.

La météo de ce mois crée partout des phénomènes bizarres, tant dans la nuée que dans les âmes: les chats deviennent végétariens, négligent l’entrecôte et l’omble chevalier, ils vont au chiendent pour vomir et se recomposer une flore intestinale.

Votre nièce Astrid a un comportement inverse: le temps des plages et des régimes amaigrissants est révolu, celui aussi des biscottes sans sel et des yoghourts au saccharose. Désormais, elle attaque le saucisson de Payerne, le chapon gras et sa gourmandise colore joliment ses joues, comme dans un tableau délicat de Natteau. Une espèce de vraie vie reprend.

Le teint du visage d’une jeune fille en septembre est-il aussi changeant et imprévisible que celui du ciel? Lequel serait le miroir de l’autre? Ce 9e mois est infiniment transitoire, se pare de couleurs glissantes, indécises: son jaune reste assez fauve pour appartenir encore à l’été, son gris perle appelle l’automne. Celles du Léman s’étagent avant le soir méthodiquement, comme dans une bibliothèque. La variété est spectrale, délicieusement bâtarde, allant de l’or safran au rose roux, en passant par la brique romaine. Quand le soleil se couche vers Yvoire, il est si gouleyant qu’on le goberait comme un œuf. Mais il lui arrive aussi de prendre des couleurs légumières à l’instar de ces vastes citrouilles à chair onctueuse qui illuminent ces jours-ci les étals de nos marchés.

 

 

 

23/08/2010

Humeurs de rentrée et retour des acariens

AKARIENS.jpg

Qu’un regain tardif de température estivale ne nous abuse pas: les jours ont pris des saveurs de rentrée, c’est-à-dire de mine de crayon scolaire et de gomme gélatineuse à la phtaléine. Bientôt, les villes vaudoises sentiront les marrons chauds et la ménagerie du Cirque Knie. La perforeuse tonitruante d’un voisin de palier vous signale qu’il est revenu de ses parties de ping-pong à Palavas-les-Flots. Son épouse, que vous avez croisée dans l’ascenseur, a tellement rétréci et bronzé sur les plages qu’elle s’apparente (de profil) à l’hippocampe de son aquarium. Quant à la marchande de journaux, elle a conservé son teint d’endive: ses vacances aux Diablerets ont été plus gorgées de stratocumulus que de soleil et elle se plaint de n’avoir été piquée par aucune bête: «Et vous appelez ça un été!» Un été sans frelons et sans taons serait comme un bon fromage sans vin. Une partie de chasse sans léopard ni faisan.

Que la dame du kiosque se console: d’autres insectes sont d’ores et déjà fidèles au rendez-vous de la fin août, et en ville, chez elle… Ceux-là ne volent pas, ne bourdonnent pas, ne piquent pas, ne vous mangent pas. Pire: ils vous démangent, tout en vous débarrassant de vos peaux mortes. Je parle des acariens. Invisibles à l’œil nu, c’est surtout à l’orée de septembre (donc maintenant!) que ces monstres microscopiques prolifèrent dans nos couettes et moquettes, et jusque dans la peluche du grand lapin «Doudou» de bébé. Un seul gramme de poussière domestique en contiendrait jusqu’à 1500…

 

A quoi ressemblent ces acariens, dont la taille varie entre 350 et 650 micromètres? Des opticiens de génie sont parvenus à grossir leur apparence un million de fois. Elle n’est pas exagérément avenante: une patte griffue et velue, comme on en dessinait à Satan dans l’iconographie médiévale. On a beau chercher, la bestiole n’a point d’yeux. Même pas un soupçon de regard. Résumons: l’acarien est un minus luciférien mais aveugle. Il se repaît de vous aveuglément, donc goulûment.

Et sa prédilection va aux kiosquières.