04/06/2008

Escapades dans le Chablais et buvettes d’alpage

 1830037313.jpg

 

Pour fuir le tintamarre de l’Eurofoot, ou pour le simple plaisir de marcher dans la nature, des journaux et des associations nous offrent des idées d’escapade à la montagne. Ce week-end se tiendra le 1er Salon international de la randonnée de Villars: itinéraires guidés depuis la plaine jusqu’aux sommets chablaisans vaudois, tour du Miroir d’Argentine, initiation à l’orientation (sans GPS ou avec…) à la forêts et ses légendes, à la vie des bouquetins du Grand Chamossaire. Ce ne sont que  raclette au feu de bois, soupe de la sorcière, visites à l’alpage avec dégustation du lait et du fromage. Le programme est appétissant et éclectique mais il faut s’inscrire à l’avance: www.villarsrando.ch

Je suis personnellement très attaché à cette contrée : souvenirs enfantins de glissades en luge à la Barboleuse suivies d’un bol d’ovo chaude. Concerts d’été en plein air où le grand maître Igor Markevitch (1912-1983) dirigeait du Brahms ou du Mozart pour réjouir le cœur des habitants de la commune d’Ollon, qui était devenue la sienne.

Me revient aussi une promenade instructive avec mon confrère, coblogueur et ami Alain Pichard (un enfant du pays) à travers cette zone qu’on appelle les Mi-Monts, parce qu’elle préserve un espace encore sauvage entre la plaine du Rhône et les hauteurs très construites de Villars et Chesières. C’est une espèce de contrefort préalpin en forme de ruban sylvestrre qui vous fait franchir depuis Gryon la Gryonne et la Petite-Gryonne, puis traverser le surprenant village d’Huémoz (l’Ouème pour les autochtones). Une première église y fut édifiée en 1440 avec l’autorisation explicite du pape Félix V! Elle n’existe plus mais sa cloche repose dans la nef du temple actuel, lui construit en 1843.

Parallèlement, l’hebdomadaire Terre & est Nature (qui sera présent dès vendredi au salon de Villars) a conçu un petit «Guide des Auberges et buvettes d’alpage», qu’on trouvera gratis en son édition de jeudi passé. Une sélection de plus de 150 adresses glanées dans tous les cantons romands, moins Genève, mais Jura bernois compris (Oh! le steak du bûcheron avec röstis de la Métairie de Gléresse, aux Prés d’Orvin…).

Que le secteur valaisan du répertoire soit le plus fourni  ne surprendra personne. Le secteur vaudois, moins développé, moins solaire, a le mérite d’indiquer aussi des lieux-dits qui sentent bon la roche jurassique, le voisinage moite, presque antédiluvien des emposieux («trous à grands-mères…); des grottes dédaléennes de l’Orbe. Mais pour ma chronique d’aujourd’hui, je me contenterai de recommander quelques buvettes d’alpage de la région alpine, ou plutôt préalpine, que j’ai personnellement visitées, et qui sont dans le voisinage des circuits mentionnés plus haut:

- A L’Auberge de Pont-de-Nant, à Bex, célèbre pour ses produits frais du marché et sa table d’hôtes, la famille Berger propose un menu de dégustation inventif jusqu’en octobre.

 www.pont-de-nant.ch

- A Corbeyrier, il y a une agréable terrasse «plein sud » au Café de Luan. L’établissement est ouvert tout l’année, du mercredi au dimanche. Produits du terroir selon saison. www.corbeyrier.ch

- A Gryon, le Refuge de la Tour Azeindaz, propose des chambres et un dortoir. La Buvette des Martinaux, à Morcles, elle aussi .

-  Pourquoi ne pas grimper jusqu’au hameau de Taveyanne, qui regroupe à 1647 m d’altitude une trentaine de baraques en pierre, et dont les toits en tavillons sont probablement à l’origine de ce toponyme? On y vit sans électricité, on s’approvisionne en eau à la source qui ruisselle dans l’abreuvoir à vaches aux abords de la petite route.

Là, dans un café d’alpage, ouvert à la belle saison jusqu’à fin septembre, on s’éclaire au pétrole, on cuit le jambon au feu de bois. On y mange des rebibes de l’Etivaz au milieu d’une flore alpestre qui est si variée, si extravagante par son authenticité, qu’on en oublie notre siècle et ses tintouins.

09:42 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (9)