27/10/2022

Glas, cloche, clochettes et carillons

Dès novembre le pays se pare de couleurs chagrines. De Montricher jusqu’aux confins du Pied du Jura, il s’étire en rectangles bistres ou cuivrés car les cultures sont vides. La bise de Berne gémit sur les cimetières vicinaux. Dans celui de Bois-de-Vaux, en amont de Vidy, elle fait tournoyer les feuilles autour de la tombe de Coco Chanel. Aux croâ-croâs du corbeau freux se mêle le glas languide de la célébration de nos défunts. Issu du latin classicum, le glas désigna d’abord un signal de rassemblement funèbre qui se faisait à la trompette. Puis ce fut au tour des beffrois d’église de sonner plus lentement, et à une heure inhabituelle, pour annoncer un décès. Mais aussi les 4 messes de l’Avent précédant les réjouissances de la Nativité, qui sont parfois manifestées par l’appel plus cristallin d’un carillon. Joli mot issu du bas-latin quadrilio, «quaternaire, son clocher étant pourvu généralement de 4 cloches. Depuis 1986, l’église de Froideville est dotée d’un carillon (à transmission électrique) à 16 cloches. Celui, de la paroisse lausannoise de Chantemerle en a 48.

Quant à la cloche chrétienne elle-même, qui fut importée sur notre continent par des missionnaires irlandais, son nom provient du gaélique goq (kloc'h en breton). Longtemps, elle a servi d’horloge et d’alarme contre les incendies. La Clémence, l’une de sept cloches de la cathédrale de Lausanne a une sonnaille qui, dit-on, fait fuir les rats…. Au printemps 2020, au départ de la pandémie de coronavirus, elle a retenti tous les soirs à 22h pour appeler les coeurs à la solidarité.

Le temple Saint-Etienne de Moudon, lui, fait chanter à travers campagnes et forêts le claironnant air de Carmen: eh oui, chers enfants de la Broye, «l’amour est un oiseau rebelle»! D’ailleurs les cloches ont souvent inspiré les musiciens: avant notre riant Gilles et sa chanson immortalisée par Edith Piaf, on les entend pianistiquement tintinnabuler à travers les feuilles d’une Image diaphane de Debussy. Berlioz en fit intervenir de géantes dans sa Symphonie fantastique. Plus modeste fut, au début des années 60, dans une paroisse pulliérane, celle que j’agitais de ma menotte de servant de messe. Une clochette en métal argenté et de timbre argentin invitant les fidèles à s’incliner. Pas devant moi, pour l’Eucharistie…